.

MISTERIO  DE  HACIENDA
1990
103 X 60 cm.

                                                                                                                                                       
La grande bataille de l'argent.
Un bâtiment absent car seul l'intérêt de sa porte principale, l'accès aux excès publics, est assez fort.
Prisonniers du billet, là où il y a. L'emblème continue de dominer, étend ses tentacules pour recevoir ou accorder des avantages.
J'ai une sensation de froid lorsque je vois à quel point tout autour de lui est consumé par les flammes. Qu'est-ce qui soutient le pouvoir? La richesse et l'abandon.
L’appauvrissement moral crée des obstacles qui permettent d’ignorer ce qui est évident.
Tout est fondé sur le fleuve de la cupidité.
La dureté de son message repose sur la beauté de son contenu.
Un jeu extraordinaire d'ombre et de lumière exalte les reliefs de sa façade.
Dans son premier tiers, derrière le balcon, la figure suggestive, une étagère ou peut-être l'image statique du fonctionnaire robotique. Au milieu, sous la canopée, l'obscurité de l'inaccessible. Enfin, sur le terrain, la misère rappelle l’autre réalité.
Pitié au silence, froid et ignorance.
Un travail qui demande de la minutie pour en évaluer le sens.
Au début, faux. Cela nous rapproche du monde, il n'y a pas de répit.

MONCHOLC, jusqu'à aujourd'hui. Pág: 116.
                  Dr. Abad.

.
.
.
214